17, Mar 2021
LA FRANCE ET LA COUPE DE L’AMERICA
pastedGraphic.png
pastedGraphic_1.png

Article paru dans le n°5 de Cuplegend

La France est le seul pays avec les États-Unis à avoir participé à toutes les éditions de l’America’s Cup depuis 1970.

Par Bruno Troublé

1970 France I du baron Bich
Skippers : Louis Noverraz, « Popie » Delfour et Jean-Marie Le Guillou. Le bateau français est éliminé par les Australiens par 4 à 0. Pour la première fois, les Américains acceptent que plusieurs challengers se battent afin d’avoir le droit d’affronter leur bateau, le Defender, en finale. Eric Tabarly est à bord avec Marcel Bich pour la fameuse ultime régate disputée dans un brouillard intense. Le bateau français, attardé, ne trouve pas la ligne d’arrivée…

1974 France I du baron Bich

Skipper : Jean-Marie Le Guillou. Le Baron demande à Paul Elvstrom de prendre en main la préparation. C’est un fiasco total. France I démâte à sa première sortie en Baltique puis coule en remorque derrière son tender… Le baron Bich met un terme à sa collaboration avec les Scandinaves, mais il est trop tard pour construire un nouveau bateau et France I repart à l’assaut du trophée. Il est durement éliminé par l’Australien Southern Cross d’Alan Bond et Ben Lexcen.

pastedGraphic_2.png

1977 France I du baron Bich

Skipper : Bruno Troublé. Un nouveau bateau dessiné par André Mauric est construit pour cette troisième tentative. Très impressionnant en bassin de carène lors de la phase de recherche, France Il est un fiasco total et tout le monde s’en rend compte dès la première sortie… Bruno Troublé gagne une « mini-America’s Cup » organisée par le Baron en interne entre ses trois skippers potentiels et ses trois bateaux d’entraînement, que les barreurs prennent à tour de rôle. France I bat très facilement France Il à chaque sortie. Il faut se résoudre à lui faire affronter une troisième sélection ! France I, rapidement éliminé, gagne pourtant plusieurs courses lors des éliminatoires qui réunissent quatre bateaux.

1980 France III du baron Bich

Skipper : Bruno Troublé. Construit par Dufour en aluminium et dessiné par Johan Valentijn, France III semble prometteur. Après avoir éliminé les Suédois avec Pelle Petterson et un équipage australien lors de la première phase de sélection, France III bat 4 à 2 les Anglais de Lion Heart barré par Lawrie Smith en demi-finale. Il échoue en finale des challengers contre Australia avec Jim Hardy (4 à 1). C’est encore aujourd’hui le meilleur résultat français dans la Coupe…

1983 France III de Yves Rousset-Rouard

Skipper : Bruno Troublé. Yves Rousset-Rouard, le producteur des Emmanuelle, reprend le flambeau mais ne parvient pas à réunir les budgets nécessaires. Le « vieux » France III repart avec, en partie, des voiles qui datent de 1980. Il est sèchement battu lors de la première Louis Vuitton Cup, gagnée par le fameux Australia II.

1987 French Kiss de Serge Krasnianski

Skipper : Marc Pajot. Le Baulois au palmarès impressionnant se lance dans la coupe avec professionnalisme. Philippe Briand signe un très beau bateau, French Kiss, efficace dans le vent fort de l’Australie de l’Ouest. Il est malgré tout battu en demi-finale de la Louis Vuitton Cup. On retrouve à bord Bertrand Pacé et Marc Bouet. Luc Gelusseau est directeur technique. Yves Pajot, le frère de Marc, se lancera également dans l’aventure de la Coupe avec son propre défi, Challenge France, mais sans obtenir de résultats.

pastedGraphic.png

J.CHIRAC SUPPORTS FRENCH CHALLENGE

1992 Ville de Paris de Pierre Legris et de la Ville de Paris.

Skipper : Marc Pajot. Le magnifique Ville de Paris de l’architecte Philippe Briand porte les espoirs français à San Diego avec son trio magique : Marc Bouet, Bertrand Pacé et Marc Pajot. Après un parcours irrégulier, capables du meilleur et du pire, les Français s’inclinent une nouvelle fois en demi-finale de la Louis Vuitton Cup, mais on a rêvé !

On retrouve dans l’équipe : Albert Jacobsoone, Benoit Briand, Bernard Labro, Yann Gouniot, Thierry Chappet, Christian Karcher.

1995 France 2 de France Télévision

Skipper : Marc Pajot. Le bateau français n’est pas aussi bon que le précédent et Marc Pajot, malgré son expérience, ne peut rien faire. Thierry Peponnet rejoint Bertrand Pacé à bord. Le bateau est rapidement éliminé après avoir accumulé les avaries. Il chavire à l’entraînement après avoir perdu sa quille ! Pajot finit 7e sur 9. Un autre syndicat français, Défi France, emmené par Jacques Dewailly, assisté d’Eric Ogden, Marc Bouët et Paul Cayard, abandonne finalement par manque de moyens. Son bateau, Harmonie FRA-40, ne sera jamais achevé…

Les années du trio Gélusseau, de Lesquen et Mas

pastedGraphic_1.png

20006ème Sens de Bouygues Telecom Skipper Bertrand Pacé.

À la fin de l’année 1995, plusieurs projets sont annoncés : le Yacht-Club de France lance le PAC, Bernard Decré propose WEST, le Yacht-Club de Cannes présente France Today Challenge, Jean-Marie Vidal annonce France Pacifique. Ils sont suivis par Yaka France, issu du Corum Sailing Team de Pierre Mas, Luc Gellusseau et Xavier de Lesquen. Le trio finira par s’imposer pour donner naissance au défi. Le bateau français ne sera malheureusement pas compétitif. Bertrand Pacé fait des miracles pour qu’il soit — in extremis — sélectionné en demi-finale où il est sèchement battu.

2003Le Défi Areva
Skipper Philippe Presti

Avec l’abandon de la règle de nationalité, les marins français s’éparpillent dans des équipes au budget plus conséquent. Bertrand Pacé rejoint ainsi Team New Zealand. Copie conforme de l’édition précédente, les Français ne parviennent que très tard à boucler leur budget grâce à Areva. Le bateau doté d’un mât trop lourd n’est pas performant. Emmené par Philippe Presti, il parvient à survivre dans la Louis Vuitton Cup mais il est battu sans appel en demi-finale.

Kandler : nouvelle époque

pastedGraphic_2.png

2007Areva Challenge

Skipper Thierry Péponnet/Sébastien Col.

Après l’échec de 2003, trois syndicats français tentent de se lancer. Loïck Peyron et Bertrand Pacé présentent le Team France 2004/2007 sans parvenir à leurs fins ; Bertrand Pacé rejoint BMW Oracle Racing. Fin 2004, le défi passe sous pavillon chinois et devient le premier syndicat engagé dans la Coupe : China Team. K-Challenge, emmené par Ortwin et Stephan Kandler, directeur de K-Yachting, est lancé dès 2002. Ils investissent dans le projet sur leurs fonds propres. Ils sont rejoints par Areva comme partenaire-titre début 2006 pour devenir le seul challenger français de cette 32e édition : Areva Challenge. Avec un budget arrivé un peu tardivement il ne manquera pas grand chose pour que l’équipe brille en haut du tableau. Ils termineront 6ème de la Louis Vuitton Cup.

2013 : Energy team

Après plusieurs années de conflits juridiques, la coupe se déroule en multicoques. Les frères Peyron s’associent pour lancer un défi Energy team mais qui n’aboutira pas faute de moyens financiers. Pour la première fois, aucune équipe française n’est présente sur la Coupe sur un support que la France maîtrise pourtant largement.