GUIDE Conseil, COMMENT  BIEN CHOISIR SES VOILES POUR SON BATEAU: Quels critéres retenir pour faire fabriquer, Le spinnaker, la grand voile, le genois, le foc, l'inter:

- Neuf ou occasion?

Méfiez vous des annonces du style "prix de déstockage". Pourquoi sont elles en stock? les bonnes voiles d'un bateau sont fabriquées sur mesures, jamais  à l'avance, donc pas stockées. S'il y a stock cela veut peut-être dire, invendues, pourquoi? Le client n'en a pas voulu ? Il y a peut-être  des défaullts.

- Fabrication industrielle: Aujourd'hui de nombreuses "voilerie" reçoivent les voiles prédécoupées dans un pays à bas coût  et  ensuites les assemblent en France.

- Découpe laser:" cela permet de découper un "matelas de tissus"  c'est à dire 100 ou 220 épaisseurs de tissus "les laizes" , qui seront toutes à la même taille de coupe,  mais celà ne garantissant pas que votre voile sera bonne.

En effet il en va  des voiles comme des vêtements, ceux-ci sont tous découpés au laser et pourtant il y a des tailles 42 qui serrent, d'autres qui sont trop larges et les longueurs de jambes sont dans une fourchette de longueur. C'est de la fabrication industrielle.

La qualité d'une voile dépend beaucoup de la qualité du couturier. Une couture plus ou moins soignée peut engendrer des écarts énormes. Quelques millimètres en plus  ou en moins modifieront considérablement le creux de la voile.


 

-Prendre en compte  le programme de navigation.

Des voiles destinées à la promenade seront très différentes de celles destinées à la compétion sportive (régate)

La différence se fera à 3 niveaux.

Le tissu, la coupe, l'assemblage.

A-LES TISSUS, quel tissus choisir

Le tissu sera adapté selon votre programme de navigation, le choix du tissu concerne surtout, la longévité et la "non-déformation" de la voile. Les voileries achètent leur tissus chez des fabricants de tissus qui sont  très peu nombreux à travers le monde. Donc on retrouve les mêmes gammes de tissus dans toutes les voileries, car elles ont en général plusieurs fournisseurs.

TISSUS CROISIERE PROMENADE.

Pour les voiles de croisière on privilégiera des tissus robustes et faciles, en choisissant un grammage adapté à l'utilisation. Plus vous naviguez dans des conditions de vent fort plus le grammage sera élevé. Un inter ou un petit foc seront plus "lourd" qu'un grand génois de petite brise. Le grammage se mesure en gr/m2 ou OZ/m2 (once en anglais)

Aujourd'hui les "Polyesters" ont beaucoup progressé, on obtient des voiles en "Dacron " qui sont légères, qui ont une durée de vie plus longue  que les Tissus en laminés, et qui ne se déforment pas beaucoup plus.

TISSUS REGATE

Pour la régate cela dépendra beaucoup du type de régate et du niveau de l'équipage. Certains tissus de très haut niveau permettent de fabriquer des voiles extraordinaires, mais bien souvent il faut être très expérimenté pour en tirer la quintessence.

De nombreux plaisanciers pensent augmenter leurs performances grace à un tissu formidable.

Mais apprendre et maitriser certains de ces tissus, demande déjà en près requis de savoir parfaitement naviguer avec des voiles de qualité "normale". Sans ce pré-requis c'est la grande aventure du plaisir de la découverte sans fin......sans améliorations notables.

Mais chacun est libre de penser ce qu'il veut et de faire comme il l'entend en fonction de ses moyens financiers.

On peut toujours acheter une Ferrari pour rouler à 130 sur autoroute, ce que n'importe quelle voiture peut faire, mais rouler à plus de 250 sur un circuit, suppose déjà de savoir "piloter " un peu, pour en tirer le meilleur parti.

Ceci dit un génois de course régate en laminé doit, s'il est bien couper, vous apporter une meilleure satisfaction. Mais il sera plus fragile, plus difficile à régler et demandera plus de soins, attention a le rouler et non pas le plier. Enfin sa durée de vie sera plus courte, augmentant ainsi votre budget garde robe.

 

B- CONSTAT

On constate souvent que certains coureurs ont des  Grand-voiles en Polyester et un génois en laminé. Ce qui est une excellente option qui permet de moins grèver le budget de la garde robe.

On voit aussi des gars avec des voiles en polyester remporter un bon nombre de régates. Il est vrai que souvent ce sont de bons régatiers, bon régleurs de voile.

C-CONSEILS

Ne focalisez pas trop sur le tissu, le mieux étant de définir avec la voilerie votre programme de navigation en fonction de votre qualité de conduite du voiler. Nous travaillons avec les meilleurs fabricant de tissus : Contender et Poliant

voir articles paru dans IFA le magazine du Finn plus bas

 E- LA COUPE

La coupe est un élément très important, deux voiles coupées dans le même tissu auront des performances très différentes en fonction de leur coupe.

Une voile bien coupée vous apportera beaucoup de satisfaction. La coupe donnera à votre voile un profil aérodynamique performant.

Pour obtenir une bonne coupe il faut fournir à la voilerie un certain nombre d'éléments, de mesures, indispensables pour que votre voile ait un bon profil, LE PROFIL QUI VOUS CONVIENT, celui qui sera la plus adapté à votre style de conduite.

Pour obtenir une voile bien faite il faut échanger, discuter avec le fabricant.

Prenez votre décamètre et mesuré tous les points demandés dans la fiche de devis.

Nous sommes la pour vous conseiller, n'hésitez pas à nous contacter.

demander un devis gratuit

 

F- DUREE DE VIE: Un voilier avec un jeu de voile usagé  présente plusieurs problèmes:

 Problème 1- Revente:La revente de votre bateau sera difficile, sachant qu’un jeux de voile neuf represente un budget important, l'acheteur devra tenir compte du prix des voiles par rapport au prix demandé pour le voilier. Des voiles de régate pouvant être plus chères la décote risque d'être encore plus importante. Sur un bateau neuf le prix de la coque ne represente que 30% du prix du bateau.

Problème 2- Sécurité: un jeu de voile usagé  ne permetta pas au voilier de faire un bon cap, le bateau gîtera beaucoup plus et plus tôt, donc si le vent monte les conditions de navigations seront de très mauvaises qualités, le bateau sera beaucoup moins stable avec beaucoup de gite, moins de cap.

Problème 3-Performance: La bonne performance d'un voilier est obtenue avec des voiles en parfait état.


 

- Les voiles d'occasions :Les voiles sont le moteur du bateau, un jeu de voile ancien ou acheté d'occasion ne donnera pas les mêmes résultats qu'un neuf. Même pour la promenade,(voir sécurité plus haut) nous constatons souvent que ces voiles ne sont pas toujours aux bonnes dimensions, trop déformées (défoncées) et puis  il faudra sans cesse faire des réparations et l'entretien reviendra très cher (petites déchirures, dé-laminage etc etc... réparations répétées plusieurs fois.

Achèteriez vous ou vendriez vous une voiture avec un moteur de vingt ans d’âge ou 500 000 KM ? avec des pneus lisses?

Est ce la meilleur solution pour apprendre à conduire?

Nous conseillons aux acheteurs de voiles d'occasion de bien les examiner, elles entrent pour une part très importante dans le prix du bateau. Dites vous bien que, même  sur un bateau neuf ce n'est pas la coque qui coute le plus cher, mais les voiles. Une coque rutilante ne garantie pas de bonnes performances.C'est comme une voiture avec un moteur puissant et des pneus lisses !

Faire briller, lustrer, peindre,  coûtent beaucoup moins cher que de changer les voiles.

Donc réparer des éclats, repeindre faire briller ne doit pas être l'élément qui décide de l'achat d'un bateau.

Regardez les voiles. Sortez les, mesurez les, si le tissus vous semble souple, les coutures éffilochées dites vous bien qu'elles ne valent pas grand choses. Il va falloir les changer.

Sur les voiles il n'y a pas de repères incrustés comme sur les pneus pour voir quand ils seront bientôt lisse, à la limite de l'adhérence. Méfiez vous de la voile soi-disant bonne pour la promenade.

Attention danger si le vent monte.

Le prix d'un bateau c'est 30% pour la coque, le gréement et les voiles représentent la part la plus importante.

Alors soyez vigilant.

 

 


 
La Voile en question

Texte et Photos: : Orotz ITURRALDE
Aquarelle - Canal + - Finn France Magazine -

Dans tous les sports de compétition la part de l’athlète est prépondérante.
Hormis les performances intrinsèques de l’athlète, le " CITIUS, FORTIUS, ALTIUS " qui est toujours d’actualité, l’aspect mécanique de notre sport n’est
pas à négliger.
Sur notre support, le finn, cela se traduit essentiellement par une recherche sur  le mât  la voile et la coque.

Travaillant dans une voilerie, j’étais convaincu qu’après un peu de travail
j’allais trouver la voile parfaite correspondant à mon gabarit et à mon mât.

Très vite je me suis rendu à l’évidence que la tâche était plus difficile que
prévue. Mème si je n’ai pas trouvé la voile parfaite, j’ai néanmoins effectué
quelques recherches et analyses que j’ai voulu partager.

1. Fabrication d’une voile
Il faut savoir que le design d’une voile est déterminé par les pinces entre les laizes et le rond de guindant.
 
Entre ces 2 éléments on essaie de jouer sur
• Volume de la voile ou le creumaximum
• L’angle d’attaque du guindant
• La position du creux max ou draft
• Les angles de sortie
• Le vrillage
• Etc…

Dans notre cas, la voile de finn, cela se traduit par :
• Un creux moyen entre 7 et 13 %
• Une position de creux entre 43 et 47 % de la section
• Des angles d’attaque entre 5 et 15 %

Si l’on transpose . la moyenne des voiles produites, nous pouvons affirmer qu’une voile de finn est particulièrement creuse, avec un creux reculé et assez fine d’attaque.
Bien entenducela est dû son gréement atypique.
2. Les incidences du design Certaines vérités sont valables pour toutes les voiles.
Ainsi malgré notre méconnaissance de ce bateau, nous pouvons affirmer :
• Un creux reculé est synonyme de cap au près et de vitesse au portant.
• Un creux avancé par contre est plus facile à régler et à barrer au près.
 
Attention : une fausse idée circule :une voile doit être creuse dans le petit temps.
 
Dans notre cas lorsque le vent est faible, nous n’arrivons pas à faire cintrer suffisamment le mât.
 
Ceci induit un rond de guindant trop important donc une attaque trop creuse et
une trainée trop importante.

Après avoir vu cela il faut essayer de faire la voile la plus homogène possible.
La tache n’est pas simple due la forte variation du cintre et du devers du mât.

Lorsque l’on a mesuré et quantifié tous ces paramètres il faut en rajouter un supplémentaire :
le couple de rappel fournit par le barreur. Il faut noter que non seulement le poids mais aussi l’efficacité du rappel engendre un couple de rappel transmis dans le gréement.
 
C’est ainsi que
nous pouvons affirmer que l’ensemble mât voile peut convenir à des gabarits différents selon leur niveau d’utilisation.

Le design de la voile est encadré par la jauge. Sur notre voile de Finn il faut noter que nous ne pouvons pas dépasser la bande de jauge sur la bôme et sur le mât ; rester à l’intérieur des valeurs de rond de chute ; et respecter la longueur de chute.
En effet celle-ci ne doit pas excéder 6.02 m.
Rassurez vous je n’ai jamais vu de voile de finn hors jauge sur ce point.
 
Par contre faites attention, elles ne font pas toutes la même longueur.
En effet la longueur de chute peut varier de 2 cm entre les marques et les différents modèles.
Ceci à pour conséquence de changer la tension de chute. Prenons un exemple :

- La voile utilisée mesure 6.00 m de longueur de chute
- Ma longueur de quête de référence est de 6.76 m
- Réglé ainsi j’ai une tension de chute de 30.8 Kg.

Je change de voile, et celle-ci a une longueur de chute au maximum de la jauge
c’est-.-dire 6.02 m :
- Si je garde ma quête de référence de 6.76 m
- J’aurai une tension de chute inférieure : 30.00 Kg.

NOTA : un centimètre de quête ou de
longueur de chute correspond . environ . 400 grs de tension.

La photométrie est une aide considérable :
Au début de la fabrication des voiles, j’ai repris un outil utilisé par ailleurs dans l’étude des différentes voiles prototypes que nous avons créés.
 
 Concrètement, dans notre cas j’ai voulu comparer le dessin et la voile fabriquée, les voiles des autres marques et la nôtre.
Pour se faire nous avons placé des bandes de visualisation de creux sur plusieurs voiles et un appareil photo sur la têtière.
La photo est importée vers notre logiciel de dessin qui a un utilitaire d’analyse photo.


3. Les différents tissus utilisés pour les voiles de Finn :
Depuis les années 60 nos finns naviguent avec des voiles en polyester. Il n’est pas rare de croiser une voile en dacron encore de nos jours.
Les tissus utilisés étaient particuliers dans la mesure ou ils étaient très souples. Ceci afin d’obtenir une déformation dans le biais et ainsi faire que la chute ouvre.
Le côté revers de ce tissu était que le creux avait tendance a sérieusement
reculer.

13
TECHNIQUE
Depuis 1998 nous avons le droit d’utiliser des voiles laminées. Nous avons
vu sur nos plans d’eau du polyester,kevlar, black technora et carbone. Ces
nouveaux tissus ont l’avantage de faire baisser le poids moyen de la voile
ainsi que de limiter le recul du creux.

Pour se faire les fibres sont dans le sens primaire des efforts. Afin de rester dans l’actualité, depuis peu, nous voyons des voiles dont les coutures sont perpendiculaires à la chute.
 
Cela est à contrario de ce que nous avons vu et utilisé durant plus de 10 ans. Il faut savoir qu’un tissu laminé est un assemblage d’un grillage structurel en chaine (dont les fibres principales sont dans le sens de longueur) recouvert de mylar.
Alors que la mode actuelle est d’utiliser des tissus tramés (les fibres principales sont dans le sens de la largeur).
 
Pour ma part j’ai utilisé ce tissu pour sa facilité d’assemblage et
son bon rendu du dessin.

Conclusion :
La voile universelle ne semble pas exister. Pour se faire elle devrait pouvoir être utilisée par plusieurs barreurs et dans toutes les conditions.
 
La capacité de chacun a trouver et a optimiser son matériel fait qu’une voile est plus ou moins performante.
Malgré tout il ne suffit pas de se focaliser sur son matériel, le sens tactique, la stratégie et le maniement du bateau sont plus importants que le matériel

Texte et Photos: : Orotz ITURRALDE
Aquarelle - Canal + - Finn France Magazin